Huissier de Justice BRANCHY PARDON Corinne Huissier de Justice LYON 2EME ARR. - Huissier de Justice Corinne BRANCHY PARDON LYON 2EME ARR.

Rechercher par :
Nom / Cabinet / Dominance / Spécialité / N° RCS / Siret / Autre…

Corinne BRANCHY PARDON Huissier de Justice
Huissier de Justice
Langues : Anglais

Date de nomination : 01/2000


Fiche mise à jour le 27/11/2015

Me BRANCHY PARDON Corinne

Huissier de Justice à Lyon 2ème Arr.


Adresse : 1 rue Boissac - LYON 2EME ARR.

N° TVA intracommunautaire: FR 39 430 179 101 Voir la fiche RCS
Téléphone
Fax  
Afficher le Numéro
Tél. bureau  
08 90 11 60 62
SMS ENVOYEZ UN SMS Annuler

Le numéro de téléphone mobile de ce professionnel n’a pas été renseigné.


Veuillez le contacter par téléphone ou par email (si disponible)

Me BRANCHY PARDON Corinne s'est enregistré auprès du tribunal de commerce de Lyon 5eme arr. en 2000, il exerce sous la forme juridique Exercice libéral, et est immatriculé avec le code 6910Z qui correspond au secteur Activité Juridique – Huissier De Justice voir k-bis.
Ce professionnel exerce au sein de BRUNAZ - BRANCHY-PARDON - VANDER GUCHT - PELTAT -- Étude d’Huissiers de Justice, immatriculée depuis le January 9, 2000 sous le code NAF 6910Z
Afficher Renseignements Commerciaux / Société

Adresse Professionnelle :
1 rue Boissac Angle Place Bellecour 69002 Lyon
Étude d’Huissiers de Justice :
Instances Principales :
Tribunal de Grande Instance Tribunal d'Instance Cour d'Appel Cour d'Assises Tribunal de Commerce Tribunal Administratif Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale Conseil de Prud'Hommes Cour Administrative d'Appel Tribunal de Police Tribunal Paritaire des Baux Ruraux Chambre Nationale des Huissiers Conseil d'état Cour de Cassation Tribunal de Proximité

Lieux d'exercices

Adresse principale :

BRUNAZ - BRANCHY-PARDON - VANDER GUCHT - PELTAT à LYON 2ème ARR.

1 rue Boissac Angle Place Bellecour 69002 Lyon

« Rien n’éblouit comme l’art de la parole, et c’est le plus souvent parmi les avocats qu’on rencontre les hommes qui exercent ce talent avec le plus de puissance. » Antoine Gérin-Lajoie