Cabinet d’Administrateur Judiciaire CAVIGLIOLI - BARON - FOURQUIE - TOULOUSE (31000) - Cabinet d’Administrateur Judiciaire FOURQUIE - BARON - CAVIGLIOLI - (31000) TOULOUSE

Rechercher par :
Nom / Cabinet / Dominance / Spécialité / N° RCS / Siret / Autre…

Cabinet d’Administrateurs Judicaires

Fiche mise à jour le 19/11/2018

Cabinet d’Administrateurs Judicaires
CAVIGLIOLI - BARON - FOURQUIE (SCP)

Enseigne : CBF Associés


  • 10 rue Alsace Lorraine
    31000 Toulouse

Ce Cabinet regroupe 4 Administrateurs Judicaires

N° TVA intracommunautaire: FR 01 494 003 213 Voir la fiche RCS
Téléphone
Tél. bureau  
08 90 11 87 20
Tél. bureau  
08 90 11 91 47
Tél. bureau  
08 90 11 55 33
Fax  
Afficher le Numéro
Tél. bureau  
08 90 11 99 00
Tél. bureau  
08 90 11 53 81
Siège social :
Adresses Secondaires :
Instances :
Tribunal de Grande Instance Cour d'Appel Tribunal de Commerce Tribunal Administratif Conseil de Prud'Hommes Cour Administrative d'Appel Tribunal de Police Barreau & Ordre des Avocats Tribunal Paritaire des Baux Ruraux

Lieux d'exercice

Siège social :

CAVIGLIOLI - BARON - FOURQUIE à TOULOUSE
10 rue Alsace Lorraine 31000 Toulouse

Administrateurs Judicaires exerçant dans ce cabinet (2) :

  • Administrateur Judiciaire BARON Jean Administrateur Judiciaire à Toulouse 31000 voir la fiche
  • Administrateur Judiciaire CAVIGLIOLI Christian Administrateur Judiciaire à Toulouse 31000 voir la fiche

Adresses secondaires :

CAVIGLIOLI - BARON - FOURQUIE à BAYONNE
20 rue Thiers 64100 Bayonne

Administrateurs Judicaires exerçant dans ce cabinet (1) :

  • Administrateur Judiciaire CAVIGLIOLI Christian Administrateur Judiciaire à Bayonne 64100 voir la fiche
CAVIGLIOLI - BARON - FOURQUIE à SAINT PIERRE
5 rue Marius Et Ary Leblond 97410 Saint Pierre

Administrateurs Judicaires exerçant dans ce cabinet (1) :

  • Administrateur Judiciaire FOURQUIE Luc Administrateur Judiciaire à Saint Pierre 97410 voir la fiche
CAVIGLIOLI - BARON - FOURQUIE à PARIS 8ème ARR.
139 Boulevard Haussmann 75008 Paris

« On estime davantage ses juges que ses avocats, car on juge ses avocats par cela même qu’ils nous défendent. » Maurice Sachs