NICOD KALCZYNSKI Carine Avocat à MONTPELLIER – Avocat Conseil Carine NICOD KALCZYNSKI – Avocat Gratuit Me NICOD KALCZYNSKI Avocat du Barreau & Ordre Avocats de MONTPELLIER (34000)

Rechercher par :
Nom / Cabinet / Dominance / Spécialité / N° RCS / Siret / Autre…

Carine NICOD KALCZYNSKI Avocat
Avocat
Langues : Anglais

Date de nomination : 01/1999
Anniversaire: (J-254) Anniversaire: (J-254)


Fiche mise à jour le 16/09/2015

Me NICOD KALCZYNSKI Carine

Avocat à Montpellier


Adresse : 195 rue Yves Montand - MONTPELLIER

Spécialité juridique: Droit du travail

N° TVA intracommunautaire: FR 25 422 069 864 Voir la fiche RCS
Téléphone
Fax  
Afficher le Numéro
Tél. bureau  
08 90 11 92 06
SMS ENVOYEZ UN SMS Annuler

Le numéro de téléphone mobile de ce professionnel n’a pas été renseigné.


Veuillez le contacter par téléphone ou par email (si disponible)

Me NICOD KALCZYNSKI Carine s'est enregistrée auprès de l’ordre des Avocats en 1998 et est inscrit(e) auprès du Barreau de Montpellier, elle exerce sous la forme juridique Exercice libéral, et est immatriculée avec le code 6910Z qui correspond au secteur Activité Juridique – Avocat voir k-bis.
Ce professionnel exerce au sein de DABIENS CELESTE KALCZYNSKI -- Cabinet d’Avocats, immatriculée depuis le October 29, 2001 sous le code NAF 6910Z
Afficher Renseignements Commerciaux / Société

Adresse Professionnelle :
195 rue Yves Montand 34000 Montpellier
Cabinet d’Avocats :
Instances Principales :
Tribunal de Grande Instance Tribunal d'Instance Cour d'Appel Cour d'Assises Tribunal de Commerce Tribunal Administratif Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale Conseil de Prud'Hommes Cour Administrative d'Appel Tribunal de Police Barreau & Ordre des Avocats Tribunal Paritaire des Baux Ruraux Conseil d'état Cour de Cassation Tribunal de Proximité

Lieux d'exercices

Adresse principale :

DABIENS CELESTE KALCZYNSKI à MONTPELLIER

195 rue Yves Montand 34000 Montpellier

« La liberté, c’est le droit de faire tout ce que les lois permettent et si un citoyen pouvait faire ce qu’elles défendent, il n’aurait plus de liberté, parce que les autres auraient tout de même ce pouvoir. » Montesquieu